Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 11:26

I - Définition

 

Maladie inflammatoire démyélénisante dysimmunitaire auto-immune mais également dégénérative.

 

 

II - Facteurs de risque et cause

 

Pathologie neurologique invalidante la plus fréquente de l'adulte jeune avec une prévalence de 1/1000 et une incidence en France de 2000 cas

Prédisposition génétique

Facteurs environnementaux : viraux, carence en vitamine D, autres ???

 

 

III - Signes cliniques

 

- Dissémination aléatoire des lésions dans le temps et dans l'espace

 

- Evolution par poussées de symptômes nouveaux ou aggravés liés aux plaques. Elles sont régressives totalement au début puis en parties.

 

- La progression du handicap, elle, n'est pas liée aux plaques mais à la perte axonale ou neurodégénérescence diffuse.

- NORB ou neuropathie optique rétro bulbaire : très évocatrice, souvent inaugurale avec des douleurs orbitaires majorées, une acuité visuelle diminuée, un scrotome central.

 

- Les troubles sensitifs : subjectifs comme les parésthésies ou la dysesthésie

                                   objectifs comme l'hypopallesthésie, l'hypoesthésie épicritique, la thermoalgie

 

- Les déficits moteurs avec le syndrôme pyramidal : monoparésie, hémiparésie, paraparésie, tétrapésie, babensky, RO vifs, diffus, polycinétiques, puis enfin spasticité.

 

- Autres : atteintes des nerfs craniens et autres atteintes du tronc cérébral, syndrôme cérébelleux, vestibulaire, trubles vésico-sphinctériens et génitaux, troubles cognitifs et pseudo-pschiatriques

 

- Le phénomène de Uhtoff  qui est une manifestation neurologique brève déclenchée par la chaleur sous forme de contractures.

 

 

IV - Examens complémentaires

 

IRM cérébral +/- médullaire

Ponction lombaire

Potentiels évoqués

Fond d'oeil

 

 

V- Traitements

 

- des poussées par corticothérapie ( plus ou moins en intra-veineux )

 

- au long terme par immuno-suppresseurs et interférons (immunomodulateurs )

 

- il y a tous les traitements contre les effets secondaires ( troubles urinaires, spasticité, dépression... )

 

- la rééducation a un rôle important dans le but de promouvoir l'autonomie le plus longtemps possible

 

 

VI - Rôle infirmier

 

administration des traitement et surveillance de leur efficacité et des effets secondaires

relation d'aide

proposer de prendre contact avec des assos pour éviter l'isolement dans la maladie

se substituer à la personne quand celle-çi ne peut plus subvenir à ses besoins momentanément tout en favorisant la reprise et le maintien de l'autonomie à la fin des poussées.

Partager cet article

Repost 0
Published by heike - dans l'infirmier
commenter cet article

commentaires

Charrch/Cri 30/11/2010 09:29


Oui, on a eut un cours extrêmement intéressant sur l'alimentation, j'ai appris pleins de choses, et je ne pensais pas qu'on pouvait agir sur des maladies de cette gravité à ce point là avec
l'alimentation.


Charrch/Cri 29/11/2010 09:44


J'aimerais ajouter aussi qu'une alimentation adaptée et d'extrême qualité, type méthode Kousmine, peut donner d'excellents résultats, soit en contenant les crises, soit en retardant le
processus.
J'ai appris ça d'une nutrioniste qui applique la méthode Kousmine pour traiter des cas comme ça.


heike 29/11/2010 21:10



Je ne connais pas cette méthode mais par expérience, je peux dire que l'alimentation entre en jeu dans bien des maladies...


Mais la médecine occidentale a souvent tendance à l'oublier.