Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 13:54

I - Définition


La maladie de Crohn fait partie des maladies inflammatoires chroniques des intestins (MICI) avec la rectocolite hémorragique. 

C'est une maladie qui provoque troubles digestifs, douleurs et troubles extra-digestifs. Elle évolue sous forme de poussées et période de rémissions plus ou moins longues. Elle touche une ou plusieurs partie du système digestif ( de la bouche à l'anus avec une préférence pour l'iléon et le colon )

C'est une maladie qui se soigne mais ne se guérit pas.

 

 

II- Facteurs de risque et causes


Nous ne savons pas encore les causes exactes mais il y a des critères génétiques, immunologiques et environnementaux.

Le risque est accru si quelqu'un de la famille a déjà une MICI.

Le tabac est un grand vecteur ( et l'arrêt du tabac stoppe les poussées chez les fumeurs ).

La flore bactériologique intestinale joue aussi un rôle.

Incidence de 7/100000 habitants par an en France et est surtout présente dans les pays du nord ( Angleterre, Etats-unis ).

Elle se déclare entre 20 et 30 ans le plus souvent mais il existe des cas pédiatriques.

Elle est elle même un facteur de risque pour le cancer du colon.

 

 

III- Signes cliniques


Diarrhées (parfois en alternance avec de la constipation )

Douleurs abdominales, Nausées et vomissement

Saignements +/-

Fissures, abcés de la marge anale et fistules

Sténoses  avec obstruction intestinale et ulcères de l'intestin

Asthénie, anorexie, amaigrissement, fièvre

Cassure de la courbe staturo-pondérale chez l'enfant

Signes extra-digestifs chez 1/3 des patients : spondylarthrite ankylosante et rhumatismes périphériques et axiaux, uvéites ( inflammation de l'oeil ), signes cutanés ( macules, papules, érythème noueux, aphtes buccaux )

Signes inflammatoires sur le bilan biologique : VS et CRP élevé, anémie...

 

 

IV - Examens complémentaires


Coloscopie-fibroscopie avec biopsie : examen de diagnostic car signes d'inflammations visibles ainsi que de suivi ( efficacité des traitements, évolution... )

Coproculture pour le diagnostic

Scanner et IRM pour les trajets de fistules notamment, ainsi que les sténoses et la visualisation de l'intestin grèle.

Transit baryté, vidéocapsule, échographie abdomino-pelvienne toujours pour l'intestin grêle.

Echographie anale pour les fissures, fistules et abcés anaux

 

 

V- Traitement


Corticoïdes et 5-MP lors des poussées

 

Immunomodulateurs : aziathiopine, 6-MP, méthotrexate

 

Anti-TNF alpha : formes modérées à sévères de la maladie, avant en dernier recours mais de plus en plus fréquemment utilisés. Il en existe deux :

- Remicat (infliximab ): en perfusion et nécéssitant une demi-journée d'hospitalisation toutes les 8 semaines

- Humira ( adalimumab ) : en sous-cutané, pouvant être fait à domicile par soi-même, l'entourage ou une infirmière tous les 15 jours.

Ces traitements nécéssitent une surveillance accrue du risque infectieux et notamment de la tuberculose.

 

Chirurgie : exérèse des lésions inflammatoires nécéssitant parfois une stomie +/- provisoire et chirurgie des complications ( abcés-fistules-occlusions... )

 

Mise au repos du système digestif par nutrition entérale et parentérale lors des poussées

Régime pauvre ou sans résidu lors des poussées

Ne pas utiliser d'AINS

Sevrage tabagique absolu

 

V- Actions infirmières

Administration des traitements et soins quand chirurgie

Education thérapeutique ( traitement, vie quotidienne, régime alimentaire en collaboration avec une diététicienne...)

Aide au sevrage tabagique

Relation d'aide

Partager cet article

Repost 0
Published by heike - dans l'infirmier
commenter cet article

commentaires

ameli 28/03/2012 11:50

Merci pour les conseils de traitement. Parfois, cette maladie peut être grave.

heike 11/04/2012 18:06



Oui, elle peut avoir de graves conséquences. Au bout de 10 ans d'évolution, c'est une personne sur deux qui a eu une résection de l'intestin.